Weird Noise | La vie de marchandise
La vie de marchandise - théâtre / Performance / arts numériques
théâtre, musiques actuelles, arts numérique, bug, folie, mapping video, son multicanal, triphop, bass music, dark music, france, chambéry, olivier valcarcel, romain bouez, benjamin farque, pierre agoutin, lucas girard, jean camilleri, espace malraux scéne nationale, le dôme théâtre, l'endroit, compagnie trafic
15892
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-15892,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,paspartu_on_bottom_fixed,qode_popup_menu_text_scaledown,qode-theme-ver-13.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

La vie de marchandise

PRESENTATION

>_ Création */avril 2020

 

Cette nouvelle création est née de la rencontre entre un musicien/programmeur et un comédien/metteur en scène autour du texte « La vie de marchandise » de William Pellier.

 

« Le sujet de « La vie de marchandise » est la dépossession, dépossession de son corps, dépossession de sa conscience, dépossession de ce qu’on a cru posséder, puisque tout étant devenu objet, tout peut être perdu. Sujet tellement enfoui dans le texte qu’il en devient imperceptible et peut-être irreprésentable. Nous naissons dans des usines, et pour mourir, nous utilisons d’autres usines. […] Nous ne sommes qu’au tout début de cette sorte de vie. Vivre est désormais un acte fonctionnel. »

 

La mise en scène et la scénographie de « La vie de marchandise » jouent d’un dispositif technique conséquent, contraignant le comédien à une interprétation performative. La création vidéo/lumière/son est ici traitée au premier plan et immerge le public dans un récit plein d’humour, d’émotion et de gravité.
>_ LA VIE DE MARCHANDISE (William Pellier)

Ils vivent hors du temps: lui, elle, le caniche. Ils veulent parler, ils n’ont personne à qui parler. Ils n’ont pas de passé, juste des photographies où on les voit toujours debout et de face. Ils sentent le plastique, le nylon, le contreplaqué. Ils mangent des aliments congelés. Ils ne pensent presque pas ; ils pensent à eux le plus souvent. Ils cherchent à se souvenir : quand les choses sont-elles arrivées, ou à quel moment ont-elles changé ? Comment la vie a-t-elle passé si vite ?

>_ Création 2019

 

Cette nouvelle création est née de la rencontre entre un musicien/programmeur et un comédien/metteur en scène autour du texte « La vie de marchandise » de William Pellier.

 

« Le sujet de « La vie de marchandise » est la dépossession, dépossession de son corps, dépossession de sa conscience, dépossession de ce qu’on a cru posséder, puisque tout étant devenu objet, tout peut être perdu. Sujet tellement enfoui dans le texte qu’il en devient imperceptible et peut-être irreprésentable. Nous naissons dans des usines, et pour mourir, nous utilisons d’autres usines. […] Nous ne sommes qu’au tout début de cette sorte de vie. Vivre est désormais un acte fonctionnel. »

 

La mise en scène et la scénographie de « La vie de marchandise » jouent d’un dispositif technique conséquent, contraignant le comédien à une interprétation performative. La création vidéo/lumière/son est ici traitée au premier plan et immerge le public dans un récit plein d’humour, d’émotion et de gravité.
>_ LA VIE DE MARCHANDISE (William Pellier)

Ils vivent hors du temps: lui, elle, le caniche. Ils veulent parler, ils n’ont personne à qui parler. Ils n’ont pas de passé, juste des photographies où on les voit toujours debout et de face. Ils sentent le plastique, le nylon, le contreplaqué. Ils mangent des aliments congelés. Ils ne pensent presque pas ; ils pensent à eux le plus souvent. Ils cherchent à se souvenir : quand les choses sont-elles arrivées, ou à quel moment ont-elles changé ? Comment la vie a-t-elle passé si vite ?

EQUIPE ARTISTIQUE

Olivier Valcarcel

Mise en scène, création son

Stéphane Buisson

Comédien

Pierre Agoutin

Création vidéo

Romain Bouez

Création lumière

Arnaud Troalic (cie Akté)

Regard extérieur

Résidences de création

en février, mars et avril puis début 2020

Création le 2 et 3 avril 2020 – Espace Malraux Scène Nationale Chambéry Savoie (Totem en scène / festival Modulation)